Passer aux informations produits
1 de 3

Com certificado de autenticidade e garantia

Lettre manuscrite de Stefan Zweig (1940)

Lettre manuscrite de Stefan Zweig (1940)

Prix habituel R$ 7.500,00 BRL
Prix habituel Prix soldé R$ 7.500,00 BRL
Vente Épuisé
Frais d'expédition calculés à l'étape de paiement.

Stefan Zweig, l'un des écrivains les plus lus au monde, vit ses dernières années au Brésil

Lettre manuscrite de Stefan Zweig. Une page, en français. 21,5 cm x 28 cm. Brésil, 20 septembre 1940. Parfait état. Pièce unique.

Traduction du français vers le portugais

Je remercie "Gazeta" pour l'invitation à tenir une conférence sous ses auspices et confirme que j'ai reçu la valeur de cinq contos. Merci beaucoup.

Stéphane Zweig.

On sait que nous tous qui sommes nés ou nous reconnaissons brésiliens avons parfois entendu la célèbre phrase qui titre ce texte. Les politiciens l'utilisent comme slogan de campagne. Les politologues l’utilisent comme une maxime : un avenir utopique qui, en fait, ne se réalisera jamais. Ce que peu de gens savent, c'est que cette phrase, avant d'être créée ou copiée par qui que ce soit, a en réalité été écrite par Stefan Zweig (1881 - 1942), un Autrichien arrivé au Brésil dans les années 40 et tombé amoureux de la terre des palmiers et les grives. Pour un homme qui se disait amoureux du Brésil, il avait un nom un peu difficile à prononcer pour les Brésiliens !

Mis à part les désaccords linguistiques, Zweig était l’un des plus grands écrivains, romanciers, poètes, dramaturges, journalistes et biographes (ouf !) du XXe siècle. Il est encore aujourd'hui l'un des auteurs les plus lus, avec 300 000 livres vendus en moyenne chaque année, en France par exemple.

D'origine juive, il disait lui-même que ses parents étaient juifs par hasard de naissance, puisque, dans sa famille, la religion n'a jamais joué un rôle central. Cela ne veut pas dire que l’écrivain a nié ses origines, bien au contraire, au cours de sa carrière prolifique, il a écrit sur de nombreuses personnalités et thèmes juifs.

À vrai dire, c’est le judaïsme qui a amené ce grand penseur au Brésil, mais pas pour les meilleures raisons. Durant la Première Guerre mondiale, l’idéologie politique commence à marquer la trajectoire de Zweig qui, comme de nombreux intellectuels de son époque, rejoint la cause allemande, même s’il ne s’est jamais enrôlé comme combattant. Aujourd’hui, nous savons que le véritable effet de la guerre a été un bain de sang. En conséquence, l’écrivain est devenu pacifiste, défendant l’unification de l’Europe comme solution à ses problèmes. Une telle unification n’a jamais eu lieu et la Seconde Guerre mondiale a entraîné la persécution des Juifs, qui a directement affecté l’écrivain.

Ainsi, entre allées et venues, Zweig finit par s'installer au Brésil, où il réalise une importante bibliographie sur ses perceptions de la nation brésilienne. Zweig, après avoir découvert la pauvreté de certaines régions de Bahia, a été impressionné par la capacité des gens qui y vivaient à trouver le bonheur dans la simplicité. Quelque chose que, selon lui, ceux qui avaient tout et l'ont perdu, comme leurs compagnons du Vieux Continent, étaient incapables de réaliser. Il a également été ému par la façon dont le Brésil s'est construit par métissage, alors que l'Europe traversait une guerre à la recherche d'une race pure.

C'est à cette époque au Brésil que Zweig écrit l'essai « Le Brésil, le pays du futur ». Aujourd’hui, ce grand admirateur de la culture brésilienne serait-il fier de l’avenir que nous avons construit ? Malheureusement, Zweig n'a pas trouvé son avenir ici. Découragé par l'avancée du nazisme dans toute l'Europe, et même au-delà - il convient de rappeler que Getúlio Vargas, alors président du Brésil, admirait la philosophie de la race aryenne -, l'écrivain tomba dans une profonde dépression. En conséquence, en 1942, Stefan Zweig se suicida avec sa femme. Dans sa lettre d'adieu, Zweig a remercié le Brésil, le pays qu'il a appris à aimer, et a souhaité que ses amis du Vieux Continent puissent voir l'aube après cette longue nuit. Lui, très impatient, est parti le premier.

Dans cette lettre inédite en français, l'écrivain accepte une invitation à donner une de ses dernières conférences, un peu plus d'un an avant de se suicider.

Afficher tous les détails

Formulaire de contact