Passer aux informations produits
1 de 3

Com certificado de autenticidade e garantia

Dédicace de Luís Martins de Souza Dantas (1928)

Dédicace de Luís Martins de Souza Dantas (1928)

Prix habituel R$ 0,00 BRL
Prix habituel Prix soldé R$ 0,00 BRL
Vente Épuisé
Frais d'expédition calculés à l'étape de paiement.

> Cet article n'est plus au catalogue, voir les documents disponibles ici <

Pensée émouvante du « Schindler brésilien », Luís Martins de Souza Dantas, qui sauva des centaines de Juifs de la persécution nazie.

Dédicace originale de Luís Martins De Souza Dantas pour le livre "Pax Mundi, livre d'or de la paix". Une feuille. 29 cm x 17 cm. En français. Paris, mars 1928. Écrit clairement et en excellent état. Pièce unique.

Nous ne pouvons pas tolérer le crime que représente la guerre. Il n'y a pas de bonne guerre. Toutes les guerres sont mauvaises.

LM De Souza Dantas.

Paris, mars 1928.

Luis Martins De Souza Dantas (1876 - 1954) fut ambassadeur du Brésil en France avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. L'occupation nazie a imposé des mesures contre les Juifs, notamment l'enregistrement obligatoire, la ségrégation, les couvre-feux et la déportation vers les camps de concentration. S'opposant à ce processus, Dantas a délivré des visas brésiliens pour sauver quelque 800 juifs, communistes et autres persécutés, dont l'influent banquier d'affaires et consultant financier Felix G. Rohatyn et, à l'âge de 12 ans, le légendaire marchand d'art Leo Castelli. Dantas est devenu l'équivalent brésilien de l'industriel allemand Oskar Schindler.

Par la suite, Luís Martins De Souza Dantas a fait l'objet d'une enquête menée par les autorités brésiliennes et renvoyé chez lui pour répondre à des accusations de violation de la politique d'immigration du pays. Il a été sauvé des poursuites judiciaires grâce à un mécanisme judiciaire. Après la fin de la guerre, Dantas est retourné en France, où il a passé le reste de sa vie et, en 2003, Israël lui a décerné le prix « Juste parmi les nations ».

Après les ravages de la Première Guerre mondiale, la Société des Nations émerge avec le discours du président américain Wilson. Sous la direction de George Dejean, l'organisation a produit une anthologie comprenant des commentaires écrits sur la paix rédigés par des personnalités du monde entier. Entre 1925 et 1932, des candidatures ont été reçues de membres de la royauté, d'hommes politiques, d'artistes, de musiciens et d'écrivains, notamment Dantas, la reine Elizabeth de Belgique, Marie Curie, Einstein, Baden-Powell, le roi Faisal, Maginot, Colette, Sir Arthur Conan Doyle, Pirandello, Unamuno, Le Corbusier, Foujita, etc. La collaboration a abouti à une publication en édition limitée intitulée « Pax Mundi : Le Livre de la Paix ».

Les pensées de Dantas, une décennie avant de risquer sa vie pour ses principes pendant la Shoah, constituent donc un document unique et exceptionnel.

Afficher tous les détails

Formulaire de contact