Passer aux informations produits
1 de 4

Com certificado de autenticidade e garantia

Lettre manuscrite de la princesse Francisca (1844)

Lettre manuscrite de la princesse Francisca (1844)

Prix habituel R$ 0,00 BRL
Prix habituel Prix soldé R$ 0,00 BRL
Vente Épuisé
Frais d'expédition calculés à l'étape de paiement.

> Cet article n'est plus au catalogue, voir les documents disponibles ici <

En 1844, la princesse Francisca écrit à sa sœur Januária : « ne laisse pas Pedro seul, sois patient, il est ton seul ami ».

  • Lettre de la princesse Francisca de Bragança à sa sœur Januária de Bragança.
  • Une feuille, deux pages.
  • En portugais.
  • 20 cm x 25 cm (chaque feuille).
  • Saint Cloud, France, 5 octobre 1844.
  • Condition excellente.
  • Pièce unique.

Transcription complète

Saint Cloud, France 5 octobre 1844

Ma chère Mana Januária

C'est avec grand plaisir que j'ai reçu vos bonnes lettres du 20 mai au 27 juillet.

Ce qui me rend très triste, c'est de voir que les intrigues continuent. Faites tout ce que vous pouvez pour que Luis (comte d'Áquila, époux de D. Januária) soit toujours en bons termes avec Pedro, vous pouvez être sûr qu'ils sont les seuls amis qu'il a et qu'ils se séparent, c'est un grand malheur non seulement pour la famille, mais aussi pour le pays.

Réfléchissez bien, ne laissez pas Pedro seul, soyez patient, il est votre seul ami, vous êtes aussi son seul ami à la cour et si vous le quittez, je crains de grands dangers pour le pays à l'avenir. Je vous demande de me pardonner tous mes conseils.

J'ai eu le plaisir d'embrasser Joinville le 1er après une longue absence de 3 mois et demi. Mais au moins j'ai eu le plaisir de vous voir plein de gloire et d'avoir bien servi votre pays.

Je continue toujours à bien faire avec le petit aussi. Je suis la personne la plus heureuse de ce monde. Tout le monde me montre ici beaucoup d'amitiés, la reine (la reine Amélia de France, belle-mère et grand-tante de D. Francisca, la reine était la tante maternelle de l'impératrice D. Leopoldina) est pour moi comme une vraie mère.

Il y a l'unité dans la famille qui fait notre bonheur. Je vous demande de transmettre un message de ma part à mon frère Luís et d'accepter un câlin.

De ta sœur affectueuse,

Francisca

Francisca (1824-1898) était princesse du Brésil de naissance et princesse de Joinville par son mariage avec le prince français Francisco d'Orléans, troisième fils du roi de France Louis Philippe Ier de France. Elle était la quatrième fille de l'empereur et roi Pierre Ier et de sa première épouse, l'archiduchesse Marie Léopoldine d'Autriche. Il grandit aux côtés de ses frères Dom Pedro de Alcântara (plus tard empereur Dom Pedro II du Brésil), Paula Mariana et Januária, sous la régence de José Bonifácio de Andrada e Silva. Avec l'abdication de Pierre Ier du Brésil en 1831 et son déménagement en Europe pour reconquérir la couronne portugaise, Januária (1822-1901) devint l'héritier du trône en 1836.

En 1844, lorsque Francisca écrit cette lettre, elle n'a que vingt ans, est mariée depuis un an et vit une nouvelle vie à Paris avec son mari. La plus charismatique des sœurs fut la première princesse brésilienne de l'histoire à représenter le Brésil à l'étranger et la cour de France l'appréciait, en particulier la reine de France.

Francisca et ses frères avaient été élevés par une régence exigeante, sans parents, probablement sans beaucoup d'amour, dans une cour brésilienne isolée. La perte soudaine de sa sœur Paula Mariana a laissé les frères très tristes et Francisca se sentait profondément responsable d'eux, en particulier de Dom Pedro II.

Elle avait peu d'expérience dans les jeux de pouvoir, mais elle était consciente des intrigues politiques au Brésil et du danger qu'elles représentaient pour ses frères et pour le pays. Toutes ces pensées et intuitions sont exprimées dans cette lettre, ce qui en fait une pièce très précieuse, méritant un gardien particulier.

Afficher tous les détails

Formulaire de contact