Passer aux informations produits
1 de 8

Com certificado de autenticidade e garantia

Lettre manuscrite de Flora Morgan-Snell (1973)

Lettre manuscrite de Flora Morgan-Snell (1973)

Prix habituel R$ 850,00 BRL
Prix habituel Prix soldé R$ 850,00 BRL
Vente Épuisé
Frais d'expédition calculés à l'étape de paiement.

En 1973, l'artiste brésilienne Flora Morgan -Snell remercie une critique d'art française de renom qui a su reconnaître son talent.

  • Lettre manuscrite de Flora Morgan-Snell à Bernard Gauthron.
  • 4 pages dont 2 dessins, et l'enveloppe.
  • En français.
  • Paris, 24 juin 1973.
  • Condition parfaite.
  • Ensemble unique.

Nous sommes souvent fascinés par des personnalités historiques célèbres aux multiples talents : la collection Glórias a pour objectif d'en présenter nombre à Sofia, ma fille, et à vous, à travers des documents autographes. Il y a aussi des personnages célèbres qui n’ont aucun talent, ce sont les nouveaux héros des temps modernes produits par la télévision et Internet, que l’histoire oubliera probablement. Mais il y a une autre catégorie que je souhaite également présenter dans cette collection : les talents qui ne sont pas (encore) connus. Ce sont mes « paris ».

Flore Morgan -Snell (1920 - 2007) est, à mon avis, l'un des grands artistes que le Brésil et le monde ignorent ou ont oublié. Quelles étaient vos compétences ? La peinture et la sculpture que j'ai découverte un jour lors de mes balades numériques. Ses œuvres sont ignorées au Brésil, même si elle a remporté des prix majeurs comme le Léonard de Vinci, du Salon d'Art Libre de Paris et de Sculpture Grecque, et a exposé dans des galeries comme Bernheim-Jeune et le Musée d'Art Moderne de France, a participé à des événements de l'UNESCO et organisé des expositions d'artistes contemporains brésiliens et étrangers en Europe.

L'écrivaine Clarice Lispector (dans la dernière de ses interviews pour la revue Fatos e Fotos, publiée peu avant sa mort) raconte sa visite à la maison du peintre : (...) nous avons été accueillis dans l'appartement ultra somptueux par un majordome convenablement en uniforme. (...). Pendant pratiquement tout l'entretien (Mme Snell) n'a pas cessé de sourire (...) elle a été laconique dans ses réponses (...). J'ai rencontré de nombreux artistes – peintres, sculpteurs, poètes, musiciens, romanciers – et je peux dire que Mme Snell a été la seule à me transmettre une telle confiance en soi absolue, sans aucun signe des doutes qui surviennent chez ceux qui créent. art (.. .)

Selon Roberto Ormon qui a étudié sa vie, l'artiste a grandi à Petrópolis et a rapidement révélé sa nature autodidacte. Son intérêt pour le corps humain l'a amenée à lire des livres d'anatomie et à regarder des championnats de lutte, où elle a été témoin de la force et du mouvement qu'elle aborderait dans son travail. Alors qu'elle cherchait à étudier formellement à Rio de Janeiro, la jeune femme a fini par être renvoyée du cours. La raison? Le professeur ne pouvait plus rien lui apprendre. A 25 ans, elle participe à deux expositions dans l'ancienne capitale fédérale et épouse Albert de Moustier, descendant de l'aristocratie française.

Flora s'installe à Paris, où elle se forge une image de mondaine dans un environnement dominé par les hommes, comme les jurés d'exposition qui imaginaient même parfois que les œuvres étaient en fait celles de son mari. Issue d'une famille aisée, la peintre ne dépendait pas de la vente de toiles pour vivre et les créait pour ceux qui l'admiraient, répondant à des commandes privées, institutionnelles et étatiques françaises. Roberto Ormon raconte également où se trouvent certaines de ses œuvres en France : les panneaux qui se trouvaient dans l'église de la Trinité se trouvent aujourd'hui dans l'église Saint-Michel des Batignolles (Paris, place Saint-Jean, 17e arrondissement) ; un autre panneau, intitulé "Les ravisseurs de la mer", a été transféré au Centre Les Atlantes, dans la ville des Sables d'Olonne.

Dans cette lettre, Flora Morgan -Snell remercie en français un critique d'art qui a publié un article à son sujet dans le magazine français l'amateur d' art qui était réputé en France dans les années 1970-1980. Outre la calligraphie absolument spectaculaire (amis graphologues, que pouvez-vous nous dire ?), l'artiste présente au destinataire deux dessins originaux typiques de son travail.

Article du magazine Epoca sur Flora Morgan-Snell.

Afficher tous les détails

Formulaire de contact