Passer aux informations produits
1 de 5

Com certificado de autenticidade e garantia

Copie du Livre noir de la dictature militaire (1972)

Copie du Livre noir de la dictature militaire (1972)

Prix habituel R$ 0,00 BRL
Prix habituel Prix soldé R$ 0,00 BRL
Vente Épuisé
Frais d'expédition calculés à l'étape de paiement.

> Cet article n'est plus au catalogue, voir les documents disponibles ici <

Un ouvrage très rare écrit et diffusé clandestinement pendant la dictature militaire au Brésil, pour dénoncer les atrocités du régime.

  • Livre clandestin écrit par « l'action populaire marxiste-léniniste au Brésil ».
  • 200pages.
  • En portugais.
  • 13,8 cm x 17,4 cm.
  • Brésil, juillet 1972.
  • Bon état, à l'exception de la couverture décollée et de la couverture arrière déchirée, toutes deux assez abîmées.

Réédité en 2014 pour le cinquantième anniversaire du coup d'État de 1964, le Livre noir de la dictature militaire est un document historique pionnier dans les allégations de répression et de torture promues par la dictature contre ses opposants, depuis le coup d'État jusqu'en juillet 1972, date à laquelle l'ouvrage a été publié. publié pour la première fois dans l'imprimerie clandestine de l'Action populaire marxiste-léniniste (APML) (...). Elle résulte de l'effort collectif de militants qui ont risqué leur peau en faisant connaître les atrocités du régime.

Sont directement impliqués : Carlos Azevedo, Bernardo Joffily et Jô Moraes (rédacteurs principaux), José Ricardo Junqueira, Divo et Raquel Guisoni (imprimeurs), Márcio Bueno Ferreira (dactylographie), Renato Rabelo et Duarte Pereira (supervision). Ce dernier a coordonné le projet APML, auquel ont également participé d'autres militants, comme Aldo Arantes, Narciso Kalili et Elifas Andreato, auteur de la couverture avec l'image d'un crâne avec une casquette militaire.

Le livre fournit des informations sur la lutte contre la dictature promue par les étudiants, les intellectuels, les religieux, les ouvriers et les paysans, couvrant des épisodes tels que le « Vendredi sanglant », les grèves ouvrières et les manifestations dans les campagnes, mettant en évidence la répression des opposants au régime et dénonçant plusieurs cas de torture et d'assassinats perpétrés par des agents de l'État, dont beaucoup sont cités nommément, avec des preuves pour les incriminer. L'ouvrage présentait une première liste, certes encore incomplète, des « principaux assassins et tortionnaires de prisonniers politiques » (p. 179-184). Des extraits de témoignages cinglants de personnes punies par le régime ont été reproduits, ainsi que d'autres documents rares, comme un poème d'un chanteur de la vallée de Pindaré, dans le Maranhão, consacré aux luttes du leader paysan Manoel da Conceição.

Il est vrai que les thèmes traités avec pionnier et audace par le livre, dans le feu des événements, ont été révélés plus en détail ultérieurement par des recherches qui disposaient de bien meilleures conditions pour les réaliser, mais cela n'enlève rien à l'intérêt pour le caractère pionnier. synthèse, qui a souligné, par exemple, l'existence de centres clandestins de torture et de répression au sein de la légalité précaire du régime, souvent situés dans des fermes, ce qui se révèle aujourd'hui de manière de plus en plus détaillée dans le travail de la Commission Vérité, qui découvre de nouveaux cas. de propriétés secrètement dédiées à la répression et à l'extermination des opposants.

Les lettres écrasées sorties d'une machine à écrire, quelques erreurs et irrégularités typographiques, le format de la couverture et d'autres détails donnent au lecteur le sentiment de remonter le temps et de partager avec les auteurs les difficultés et les fantaisies de leur savoir-faire, ainsi que l'atmosphère d'indignation contre la dictature et son appareil répressif. La décision de joindre un livret expliquant comment le livre a été réalisé en 1972, pendant la période de répression la plus lourde, a également été une décision heureuse, apportant de brefs témoignages des principaux acteurs de cette version originale.

Le texte descriptif ci-dessus est de Marcelo Ridenti, professeur agrégé de sociologie à l'Unicamp, professeur de sociologie à l'IFCH/Unicamp, Campinas/SP, Brésil.

Ce livre historique a été imprimé à seulement 500 exemplaires, qui ont été distribués au Brésil et à l'étranger, très peu d'exemplaires nous sont parvenus, plus de 50 ans après le coup d'État militaire.

Afficher tous les détails

Formulaire de contact