Passer aux informations produits
1 de 5

Com certificado de autenticidade e garantia

Lettre manuscrite de Félix Pacheco à Benito Mussolini (années 1920 ou 1930)

Lettre manuscrite de Félix Pacheco à Benito Mussolini (années 1920 ou 1930)

Prix habituel R$ 0,00 BRL
Prix habituel Prix soldé R$ 0,00 BRL
Vente Épuisé
Frais d'expédition calculés à l'étape de paiement.

> Cet article n'est plus au catalogue, voir les documents disponibles ici <

A Rome, le célèbre diplomate brésilien Felix Pacheco exprime sa fascination pour le fondateur du fascisme italien Benito Mussolini.

  • Lettre manuscrite du diplomate brésilien Felix Pacheco au dictateur Benito Mussolini.
  • Trois pages au papier et à en-tête du Grand Hôtel De Russie à Rome.
  • En portugais.
  • 14,5 cm x 19 cm.
  • Rome, Italie, dans les années 20 ou 30.
  • Condition excellente.
  • Pièce unique.

À Son Excellence Monsieur le Président Benito Musolini.

Je ne veux pas quitter Rome sans répéter à Votre Excellence d'une manière toute particulière ma profonde admiration pour votre admirable œuvre de gouvernement. J'ai parcouru l'Italie du nord au sud et j'ai remarqué partout une fièvre d'action renouvelée qui fait honneur à la capacité de reconstruction, qui a toujours été la marque de l'esprit latin et ennoblit grandement le régime qui a intégré cette grande terre d'ordre, de beauté. , culture, force et rêves.

Il existe de nombreux désaccords sur la doctrine du phaseisme, mais ce que personne ne peut discuter sans mauvaise foi, c'est la brillante série de victoires que le parti créé par le génie vigoureux de Votre Excellence a pu remporter dans le domaine des réalisations efficaces. L'Italie est désormais triplement unie et unie, sous le sceptre de la Maison Saboya, dans la réconciliation avec l'Église et dans l'enthousiasme général qui se manifeste sous la direction du Chef du Gouvernement.

Le portrait que Votre Excellence a bien voulu m'offrir a sa place marquée sur ma table de travail à côté de la photographie [Son Altesse – effacée] du Prince héritier, que j'ai eu l'honneur de recevoir dans l'État de Bahia, comme mes parents. " Ministre des Affaires étrangères, lors du passage de Son Altesse au Brésil.

Je renouvelle à Votre Excellence l'expression de mes meilleurs remerciements.

Félix Pacheco
Grand-Croix de l'Ordre de la Couronne d'Italie
Directeur du Jornal do Commercio de Rio de Janeiro et ancien ministre des Affaires étrangères de Rio de Janeiro

Felix Pacheco (1879 - 1935) était un journaliste et écrivain respecté et l'un des propriétaires du Jornal do Commercio, l'un des plus anciens journaux brésiliens encore en circulation. Élu à plusieurs reprises député fédéral et sénateur, il occupe le poste de ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement d'Artur Bernardes (1922-1926), ce qui le conduit à une carrière diplomatique en Italie.

Benito Mussolini (1880 - 1945) est devenu Premier ministre italien en 1922 et est connu comme l'une des figures clés de la création du fascisme.

Au cours des années 1920 et 1930, plusieurs membres du gouvernement fédéral brésilien et diplomates travaillant en Italie avaient des sympathies pour le fascisme. Cette proximité s'exprimait à travers l'échange de décorations et de faveurs ou, plus important encore, par le soutien brésilien à diverses décisions du gouvernement italien : par exemple, la guerre d'Abyssinie ou la répression des antifascistes italiens.

À la suite de la crise de 1929, Getúlio Vargas prend le pouvoir au Brésil, dont l’Allemagne nazie et les États-Unis sont les principaux partenaires commerciaux. Stratégique pour l'approvisionnement en matières premières et les deux pays se préparant à la guerre, le Brésil a accéléré ses échanges commerciaux avec l'Allemagne d'Adolf Hitler, mais a inversé la situation lorsque le gouvernement Vargas a décidé d'aligner de manière décisive le Brésil sur les États-Unis, après l'attaque de Pearl Harbor.

Félix Pacheco était ouvertement italophile et proche du fascisme, comme le démontre cette lettre qu'il regretta des années plus tard. On ne sait pas si Mussolini a réellement reçu et lu ces lignes, mais elles restent un témoin intéressant – et triste – des hésitations diplomatiques et idéologiques du Brésil à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Afficher tous les détails

Formulaire de contact