Passer aux informations produits
1 de 4

Com certificado de autenticidade e garantia

Lettre manuscrite et dessin de Cícero Dias à Manuel Bandeira

Lettre manuscrite et dessin de Cícero Dias à Manuel Bandeira

Prix habituel R$ 0,00 BRL
Prix habituel Prix soldé R$ 0,00 BRL
Vente Épuisé
Frais d'expédition calculés à l'étape de paiement.

> Cet article n'est plus au catalogue, voir les documents disponibles ici <

Cícero Dias raconte et dessine ses sentiments intenses pour une muse à son grand ami Manuel Bandeira.

  • Lettre manuscrite inédite de Cicero Dias à Manuel Bandeira.
  • Une page, recto et verso.
  • En portugais.
  • Pas de date, pas de lieu.
  • 13,7 cm x 9,6 cm.
  • Condition excellente.
  • Pièce unique.

Drapeau

J'ai reçu le télégramme de / toi, tu ne sais pas comment je continue toujours
admirant mon / grand ami Manuel Bandeira. / Tout cela était un
effet de / amour de beaucoup d'amour je mange / toujours sans savoir où finir. /
Flag, tu ne sais pas/je te dirai n'importe quoi/tout, tout. / Toi
écrit sur notre / Gueldi 1 doit être excellent / écrit. / Moi maintenant
J'aime et je vis / dans une foutue excitation / nuit et jour oh mon Dieu
Drapeau / si je pouvais déjà peindre / combien de fois l'aurais-je fait /
j'ai embrassé la bouche de mon/amour combien de fois/aurais-je offert des fleurs et
étoiles // tu sais que je maintenant / laisse-le pousser une / moustache. / C'est peut-être vrai /
que quand j'y serai, je me dessinerai jusqu'à ma mort. / Ella est belle
calculer / qui est une somme / de Brigte-Helm 2 et / Greta Garbo est le résumé /
de tout dans le monde / que nous connaissons. / Drapeau et mien / plus gros câlin
/ Cicéron Dias (signé)

Tu dois donner à Alvaro Moreyra / pour publier la poésie sur moi / dans
Salle du Palais pour le Carnaval / tout le monde ici trouve ça génial.

1 Goeldi
2 Brigitte Helm

Né à Recife, Bandeira (1886 - 1968) publie son premier livre, « Les cendres des heures », dès son retour de Suisse, pays dans lequel il s'est rendu pour soigner sa tuberculose. Depuis, il ne s'est pas arrêté et, entre poésie, prose et anthologies, il a marqué son style simple mais lyrique, abordant des thèmes universels et quotidiens. Cícero Dias (1907 - 2003), en revanche, bien qu'il soit également originaire de Pernambouc, est né à Escada, en 1907, et a grandi à l'intérieur de l'État jusqu'à son déménagement à Rio de Janeiro, à l'âge de treize ans. Dans la capitale Rio, il réalise sa première exposition et ne s'arrêtera jamais, travaillant aussi bien au Brésil, aux États-Unis qu'en Europe. Dans ses œuvres, les femmes, les maisons et les feuillages sont des éléments récurrents ; le peintre entretient l'influence de la brésilienne même en terre étrangère.

Cependant, plus que de simples noms marquants de l’histoire de l’art brésilien, Manuel et Cícero étaient de grands amis. Bandeira, par exemple, a critiqué de manière très positive une exposition du peintre à la Policlínica Geral en 1928, déclarant que l'art de Cícero était profondément dramatique et déformant. Les détails les plus intimes de cette amitié sont révélés dans cette lettre inédite du peintre au poète, dans laquelle Cicéron se dit amoureux, parle de l'intensité de ses sentiments et de la beauté de la femme qu'il aime et dit : « Je suis maintenant amoureux, je vis dans une excitation folle”, Après tout, qui d'entre nous ne connaît pas ce sentiment ?

Cícero ne révèle pas le nom de sa muse qu'il a dessinée ici, pourrait-elle être Raymonde Dias ? La belle française, devenue l'épouse du peintre et qui vécut avec lui pendant plus de 60 ans, fut l'une des plus grandes défenseures de son art. Cicéron et Raymonde se sont rencontrés dans un Paris dévasté par l'occupation allemande, et même au milieu du chaos, ils sont tombés amoureux et n'ont jamais pu se séparer.

Nous connaissons les peintures de Cícero et les paroles de Bandeira presque comme des hymnes, et pourtant, ses paroles les plus confidentielles révèlent les personnalités humaines derrière sa reconnaissance méritée. Les correspondances personnelles de grands artistes nous donnent l'occasion de pénétrer leur armure et de trouver un point d'identification qui donne un nouveau sens à leurs œuvres. Manuel Bandeira et Cícero Dias étaient des hommes qui ressentaient et vivaient comme nous tous, mais ils ont transformé ces expériences en art et nous ont ainsi laissé un cadeau et des histoires infinies à imaginer. C'est pourquoi cette lettre d'une immense intensité est si spéciale.

Afficher tous les détails