Passer aux informations produits
1 de 4

Com certificado de autenticidade e garantia

Lettre manuscrite du Condé d'Eu (1916)

Lettre manuscrite du Condé d'Eu (1916)

Prix habituel R$ 0,00 BRL
Prix habituel Prix soldé R$ 0,00 BRL
Vente Épuisé
Frais d'expédition calculés à l'étape de paiement.

> Cet article n'est plus au catalogue, voir les documents disponibles ici <

En 1916, Condé d'Eu souffre de vieillesse, mais continue d'être curieux et d'étudier le Brésil.

  • Lettre manuscrite de Gastão d'Orléans, comte d'Eu, à José Ribeiro Amaral.
  • 1 feuille pliée, 3 pages manuscrites.
  • En portugais.
  • 12,4 cm x 17 cm.
  • France, le 3 octobre 1916.
  • Condition excellente.
  • Pièce unique.

1ère page

3 octobre 1916

Illustre José Ribeiro do Amaral
J'ai longtemps voulu t'avoir
merci pour l'aimable envoi
extrait de son remarquable pamphlet « La Fondation
de Belém» dans lequel elle notifie le
dates acceptées dans le livret du
même titre par le Vénérable Candido Costa
chercheur assidu
patrie et histoire extraite
du récit et quelque peu incorrect,
de Bernardo Pereira de Berredo
Le capitaine général de cet État entra,

2ème page

au XVIIIe siècle.
La vieillesse progresse
et ça me rend la tâche difficile
plus les choses sont simples, plus
que les soucis ne manquent pas et
allées et venues.
La raison a également été dite
que tu me prouves encore aujourd'hui
dis-lui combien ils me mettront en gage
vos chaleureuses félicitations
le jour de mon anniversaire.
Mon fils Luiz qui n'est pas encore
entièrement restauré et actuellement
est ici avec nous pendant que

3ème page

l'approche de l'hiver
ne vous oblige pas à rechercher la météo
plus favorable, demandez-moi de
merci également pour
exemplaire que vous êtes sincèrement
qui lui est assigné.
Recevez, Vénérable Ribeiro do Amaral,
les souvenirs affectueux
de ce vieil ami,
Gaston d'Orléans.

Gastão de Orléans, le comte d'Eu (1842 - 1922) est surtout connu pour avoir été, à partir de 1864, l'époux de la princesse Isabelle, deuxième fille de l'empereur Dom Pedro II et de l'impératrice Teresa Cristina. Ce militaire, déjà héritier du trône, a succédé au duc de Caxias comme commandant des forces brésiliennes, pendant la guerre du Paraguay, alors qu'il n'avait que 28 ans. C'est sous son commandement que la guerre prit fin.

Il écrivit cette lettre depuis le Château d'Eu, devenu résidence de la famille impériale brésilienne en exil à la fin des années 1870. Selon Alban Duparc, directeur du Château d'Eu, « Le Comte d'Eu, ainsi que son épouse et son épouse. beau-père, s'intéressait à de nombreux domaines (...), comme tous les gens de la haute société, il était également très demandé et son éducation de prince le faisait répondre personnellement et respectueusement à tout le monde, même aux étrangers.

Mais José Ribeiro do Amaral (1853 - 1927) n'était pas un inconnu : illustre natif du Maranhão, il fut professeur et directeur du Liceu Maranhense, réorganisa et dirigea la Bibliothèque publique, publia plusieurs ouvrages sur l'histoire du Maranhão, présida l'Academia Maranhense de Letras et fonde l'Institut Historique et Géographique du Maranhão.

Époux de la princesse Isabelle, le comte d'Eu était français, mais, par son mariage, il resta toute sa vie lié au Brésil, avec d'innombrables allées et venues, personnelles et officielles, entre les deux pays. C'est lors d'un dernier voyage au Brésil qu'il décède, en 1921.

Cette longue lettre, en excellent état, avec le titre EU, attire l'attention car elle montre le comte à l'âge de 74 ans - La vieillesse progresse et elle me rend déjà les choses les plus simples difficiles - mais toujours très actif socialement et avec un grand désir d'enrichir sa vie, notamment brésilienne. Une pièce de qualité pour un collectionneur axé sur la famille impériale brésilienne.

Afficher tous les détails

Formulaire de contact